Circuit en Ethiopie

Des paysages grandioses et d’une infinie variété, une population remarquable de dignité et d’hospitalité, un art pictural affirmé, une profonde ferveur dans une multitude d’églises émouvantes, une histoire et une légende qui le sont tout autant…. De montagnes en canyons, d’hypogées en monastères, de fleuves bienfaiteurs en lacs paisibles, de marchés en offices, l’énigmatique pays du Prêtre Jean se dévoile à vous.

D’une église champêtre au fabuleux complexe de Lalibela, il y a le rêve d’un roi, le gigantesque projet d’une deuxième Jérusalem. A Axoum, l’histoire s’impose depuis l’époque de la reine de Saba : la prétendue présence des Tables de la Loi ramenées du temps de Ménélik 1er  et la conversion royale à la chrétienté au IV° siècle font la fierté des habitants.

A Gondar, des châteaux-forteresses et les splendides peintures de l’église de Débré Bérhan Sélassié reflètent la grandeur et la décadence de la dynastie Gondari, née sous la pression des jésuites portugais.


Partout en Abyssinie, l’histoire et la croix sont présentes. A l’image des montagnes qui jalonnent notre itinéraire, la foi éthiopienne est tout aussi inébranlable qu’inattendue dans ce bouclier africain qui vit au rythme de ses croyances depuis plus de seize siècles. Mais l’Abyssinie fascine aussi par les altières silhouettes et les gracieux visages qui se détachent ou s’éclairent sur quelque marché, dans les champs ou le long des pistes.

Et si l’église actuelle s’habille d’éclatantes peintures, il n’en fut pas de même dans les premiers souffles du christianisme. Entre le VI° et le XII / XIII° siècle, la foi éthiopienne se voulut discrète, retirée et mystérieuse. Au cœur de grandioses paysages, dissimulés au creux des vallées, protégés par les parois des montagnes ou enclos dans de verts bosquets, les lieux de culte sont simples et émouvants.

Construits au fond des cavernes ou dégagés de la roche, dans un environnement de toute beauté, ils conservent d’étonnantes peintures, des fines sculptures sur bois et une taille remarquable de la pierre. Très souvent à l’écart des complexes religieux plus démonstratifs mais certes incontournables, découverte de panoramas exceptionnels et d’églises remarquables de finesse. Au cœur du bouclier abyssin, des pistes peu fréquentées surplombent d’impressionnantes gorges dans un écrin de farouches haut-plateaux.

Incursion dans l’intimité de la superbe province du Tigray,  au gré de tableaux incomparables de beauté d’une campagne ponctuée de fermes fortifiées, euphorbes candélabres, pics déchiquetés. Un univers un peu rude qui protège depuis toujours les multiples témoignages d’une profonde ferveur.

Et si le costume, l’habitat ou les coiffures sophistiquées varient au gré des étapes, les sourires sont toujours unanimement rayonnants de beauté et de spontanéité.

4 à 8 personnes
16jours
13nuits
Dates de séjour
  • Du lundi 19 octobre 2020
    Au mardi 03 novembre 2020
  • Du lundi 16 novembre 2020
    Au mardi 01 décembre 2020
  • Du lundi 21 décembre 2020
    Au mardi 05 janvier 2021
Guide éthiopien francophone
En savoir plus sur ce pays
Guide éthiopien francophone

1er jour :  PARIS/ADDIS ABEBA

Vol à votre charge (voir onglet “tarifs”)

2e jour :  ADDIS ABEBA

Arrivée tôt le matin à Addis Abeba. Formalités de police. Transfert à l’hôtel pour un peu de repos. Puis départ pour un tour de ville : visites du musée National, du musée de l’Université, et de l’église saint Georges (chaussures interdites dans toutes les églises. Chaussettes autorisées). Repas libres. Nuit à l’hôtel Radisson Blu.

3e jour :  ADDIS ABEBA – BAHIR DAR

Traversée des zones cultivées avant de franchir l’impressionnante faille creusée par le Nil Bleu. Le fleuve a entamé le plateau sur 1000 m de profondeur.

Arrivée en fin de journée à Bahir Dar. Installation à l’hôtel pour deux nuits. Diner sur place.

Hôtel Kuriftu Resort and Spa

4e jour : BAHIR DAR- NARGA SELLASIE-URA KIDANE MEHRET- BAHIR DAR.

Journée de navigation sur le lac, à la découverte des églises dissimulées sur l’île de Dek et la presqu’île de Zégué. Pack-lunch sur le bateau.

Cormorans, pélicans et tankwa (bateaux en papyrus) rident la surface du réservoir du Nil Bleu. En arrivant à Dek, derrière une enceinte de pierres volcaniques, se dresse la superbe église ronde de Narga Sélassié. Datant du XVIII°, la bâtisse conserve des peintures religieuses de toute beauté.

Dans une harmonie de couleurs et de formes, la vie du Christ et les miracles de la Vierge sont racontés aux fidèles. Dans le « trésor de l’église » une croix mérite d’être mentionnée.

A Zégué, caché dans les caféiers, le sanctuaire d’Ura Kidané Méhret comporte une église peinte et un réfectoire très ancien.

Retour vers Bahir Dar. Dîner et nuit à l’hôtel.

5e jour : BAHIR DAR – GONDAR.

Départ pour Gondar. Une bonne piste nous éloigne lentement du lac pour franchir les collines qui entourent la cité impériale. Quelques cheminées volcaniques se dressent à l’horizon, perchoirs naturels de nombreux oiseaux. Arrivée à Gondar et installation à l’hôtel.

Après-midi consacrée au début de la visite des monuments de Gondar.

Le complexe des souverains Gondari comporte le château de Fasil, les demeures de Yohannes, Yasu et Mentuab et les annexes de Bakafa. Sa construction, débutée au XVII°, s’oppose à la tradition des camps de toile royaux, mobiles en fonction des nécessités.

En fin de journée, montée au monastère de Qusquam, lieu paisible construit pour la reine Mentuab qui préféra se retirer des intrigues du palais lors du règne de son fils Yasu II. La façade de la chapelle-réfectoire, éclairée par le soleil déclinant, dégage beaucoup d’harmonie alors que les vautours s’installent sur les genévriers. Dîner et nuit à l’hôtel Goha.

6e jour : GONDAR – SIMIEN.

Fin de la découverte des trésors de la ville avec la visite de l’église de Débré Béhran Sélassié. Erigé sur une colline sous la dynastie Gondari, par ordre de Yasu I°,  le sanctuaire se retranche derrière une vaste enceinte. A l’intérieur, sur les murs marouflés, superbes peintures narrant la vie du Christ, de la Vierge et de saints.

Par une bonne route, nous gagnons alors le massif du Simien où un lodge confortable nous permet de profiter des beautés du parc. Les paysages sont exceptionnels et grandioses, la végétation endémique se mêle à une faune tout autant spécifique des lieux, dont le fameux babouin gelada au poitrail « tatoué » d’un étonnant cœur rouge… Sans doute aurons-nous la chance de rencontrer ce primate singulier.

Déjeuner, dîner et nuit au Simien lodge.

7e jour : SIMIEN – AXOUM

Suite de la liaison vers Axoum pour descendre au bord de la rivière Tékésé qui, plus au nord, se jettera dans l’Atbara au Soudan pour alimenter le Nil. Nous longeons la bordure du parc du Simien où les montagnes découpent le ciel, telles de gigantesques figurines avant de plonger de près de 1000 m vers le pont. La température s’élève et les baobabs déchirent le ciel. Lente remontée sur le plateau jusqu’à l’ancienne capitale du royaume axoumite.

Arrivée en fin d’après-midi et installation à l’hôtel Sabean.

8e jour : AXOUM– YEHA- ADIGRAT

Dans et autour de la ville, découverte des sites de la période axoumite : les champs de stèles, dont celle dite d’Ezana (IV°), les tombeaux de la porte et de Kaleb (VI°) et le palais de Dongour, faussement attribué à la reine de Saba.

Après le déjeuner, départ vers le site de Yeha, petit village campagnard qui a conservé les restes d’une splendeur passé. Près de l’église se dresse le plus vieux des vestiges nationaux. Palais ou temple, le bâtiment a conservé des murs d’une dizaine de mètres de haut. Les blocs de pierre, taillés à la perfection, résistent au temps depuis le V° siècle avant JC, un art apporté par les sabéens.

Actuellement en cours de restauration, il est un peu défiguré par d’indispensables échafaudages.

Arrivée à Adigrat dans l’après–midi. Diner et nuit à l’Agoro lodge.

9e jour : ADIGRAT- PETROS PAULOS- MEDHANE ALEM – HAUZIEN

Dans les grès blancs de Tsaeda Amba, se cachent de nombreuses églises creusées dans la roche. Anciennes ou toutes récentes, elles témoignent de la longévité de la foi dans le superbe écrin de la campagne tigréenne parsemée de magnifiques fermes en pierres soigneusement taillées.

Le culte dédié à Petros Paulos occupe deux lieux. L’ancien, surplombant la plaine, mi roche mi construction, est orné de naïves peintures ocre, jaune, noir-vert, datées du XVII° siècle. Au pied de la falaise, un nouveau sanctuaire, creusé à l’herminette pendant 18 ans par Haleform Retta, est le témoin de la foi inébranlable d’un homme, attristé par la chute mortelle d’une fidèle en 1982.

Medhane Alem Adi Kesho, sur un petit plateau atteint en un quart d’heure de marche du parking, est un sanctuaire rupestre dont le plafond est sculpté de nombreux caissons.

Installation pour deux nuits au Gheralta lodge à Hauzien. Dîners sur place.

10e jour :  HAUZIEN- MARYAM PAPASETTI – MARYAM WUKRO – HAUZIEN

Une petite heure de marche dans la plaine aboutit à un bouquet de palmiers accolé à la falaise. Dissimulée dans cet écrin de verdure, l’église de Maryam Papasetti dévoile ses peintures marouflées au XIX° dans le narthex. Offertes par Basa Dengyes, gouverneur du district sous le règne de Ras Walda Sellasie (1788-1816), et sa femme Emabet Harit, elles furent exécutées de façon très expressive par différents artistes.

Déjeuner à Hauzen puis départ par la piste du nord vers Maryam Wukro, vaste église rupestre taillée à la perfection près du très beau pic de Nebelet. Nuit à l’hôtel. Parfois, le prêtre détenteur de la clé est absent mais l’excursion est de toute beauté.

Retour à Hauzien.

11e jour : HAUZIEN – ABREHA ATSBEHA – MEKELE – CHELEKOT – MEKELE

Les silhouettes des massifs du Tambien et du Guéralta apparaissent en ligne d’horizon. Au pied des monts tabulaires, surplombant la plaine sableuse et rouge éclairée par le vert intense des euphorbes candélabre, la belle église rupestre d’Abreha Atsbeha se dissimule au cœur de la roche. Un escalier monumental pavé d’ardoise permet d’accéder au sanctuaire dont les murs sont ornés de peintures.

Arrivée pour déjeuner à Mekele, capitale administrative de la province du Tigray. Le petit bourg meurtri pendant la guerre civile fait place, peu à peu, à une ville agréable et dynamique.

De là, une piste permet de descendre dans l’étroite vallée oasis de Chelekot. L’église, dédiée à la Trinité, est ornée de peintures du XIX° dont certaines, en gris et rouge, d’une extrême finesse rarement rencontrée dans le pays.

Diner et nuit à l’hôtel Planet

12e jour : MEKELE – LALIBELA

Coupant à travers la montagne, la piste, souvent panoramique, surplombe de profondes vallées, traverse de ravissants petits villages et les lignes de crêtes se succèdent à l’infini avant d’atteindre Lalibela.

Arrivée en fin de journée. Installation au Mezena lodge pour 4 nuits.

Dîner à l’hôtel.

13e jour : LALIBELA

Journée consacrée à la visite de ce que l’on nomma la Jérusalem noire. Suite à une vision, l’empereur Lalibela fit surgir, au XII°, un fabuleux complexe religieux. Dix églises, certaines monolithiques, se dégagent d’un écrin de roche volcanique violine. Réparties en deux groupes autour du Jourdain, rivière mythique taillée dans la pierre, accessibles par d’étroits passages et quelques souterrains, elles témoignent d’une foi intense qui perdure de nos jours.

A l’écart, le sanctuaire cruciforme dédié à saint Georges attire l’admiration.

Nuit à l’hôtel. Possibilité de diner en ville.

14e jour : LALIBELA, YEMREHANA KRISTOS et GANATA MARYAM- LALIBELA

A une heure de route de Lalibela, une merveille se cache dans la montagne. Un quart d’heure de marche suffit pour atteindre l’église de Yemréhana Kristos, construite sous un immense auvent de basalte. Les plafonds sont recouverts de caissons de bois colorés formant des motifs géométriques variés et complexes soutenus par de solides piliers (Lampe de poche indispensable car l’éclairage est souvent défectueux). L’ensemble, d’une facture très rare en Ethiopie, date du IX°/X° siècle.

Dans l’après-midi, visite de l’église monolithe de Ganata Maryam qui apparaît à flanc de colline, à une heure de la ville sainte. Datée du XIII°, elle conserve d’intéressantes peintures.

Retour à Lalibela. Nuit à l’hôtel.

15e jour : LALIBELA / ADDIS ABEBA / PARIS

Chambres « day-use » à disposition jusqu’au départ (ou presque, selon l’hôtel choisi). Normalement, les chambres de jour sont pour 4 personnes)

Nuit en vol sur les lignes Ethiopian Airlines. Vol à votre charge (voir onglet “tarifs”)

16e jour : PARIS

Arrivée tôt le matin.

Ce voyages est réalisable pour 2 ou 3 personnes aux conditions suivantes :

  • base 3 personnes : 4270 €, hors transport international
  • base 2 personnes : 5300 €, hors transport international

Il est par ailleurs possible de privatiser ce voyage pour un groupe préconstitué.

Enfin, n’hésitez pas à nous contacter pour toute demande de voyage sur mesure en Ethiopie.

Notre expertise riche de bientôt 30 années à parcourir ce pays nous permettra de vous faire une offre appropriée.

Merci de formuler votre demande à : mgosselin@epopeesdumonde.com

 

Si le groupe réunit Prix / Pers.*
8 personnes 2990 €
7 personnes 3420 €
6 personnes 3360 €
5 personnes 3560 €
4 personnes 3860 €
Chambre individuelle 450 €

Prix établis en dollars au 1/08/19 : un dollar US = 0,90 €

Le prix définitif est établi définitivement à 45 jours avant le départ en fonction du nombre d’inscrits.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez que nous nous chargions de votre acheminement aérien.

Consultez l’onglet “sur mesure” pour connaître nos conditions tarifaires valables pour 2 ou 3 voyageurs.

 

Frais d’annulation du fait du voyageur :

  • à plus de 45 jours du départ : 150 € de frais de dossier
  • de 44 à 30 jours du départ : 25% du montant du voyage
  • de 29 à 15 jours du départ : 50% du montant du voyage
  • de 14 à 8 jours du départ : 75% du montant du voyage
  • à moins de 8 jours du départ : 100% du montant du voyage

 

Vous aimerez également …

Éthiopie - ETHIOPIE : Timkat à Abraha we Atsbeha et le bouclier abyssin
janvier 2020

Éthiopie

ETHIOPIE : Timkat à Abraha we Atsbeha et le bouclier abyssin

Côte d’Ivoire - COTE D’IVOIRE : terre des arts premiers
novembre 2020

Côte d’Ivoire

COTE D’IVOIRE : terre des arts premiers

Sénégal - SENEGAL – GAMBIE – GUINEE BISSAU : de Saint-Louis à Bissau, à l’heure de son carnaval
février 2020

Sénégal

SENEGAL – GAMBIE – GUINEE BISSAU : de Saint-Louis à Bissau, à l’heure de son carnaval